Affaire Delphine Jubillar : Cette grosse somme qu'elle a dépensée juste avant de disparaître

Affaire Delphine Jubillar : Cette grosse somme qu'elle a dépensée juste avant de disparaître

Avant de disparaître sans laisser de trace en décembre 2020, Delphine Jubillar, infirmière dans le Tarn, avait fait un achat de près de 4000 euros. L'homme avec qui elle voulait refaire sa vie après son divorce d'avec Cédric Jubillar.

La disparition de Delphine Jubillar est une énigme depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Alors que l'étau se resserre autour de son mari Cédric, avec lequel elle était en instance de divorce et qui est actuellement en détention provisoire depuis près d'un an pour meurtre en réunion, le fait qu'aucune trace de l'infirmière n'ait été retrouvée suscite des interrogations. Dans Le Nouveau Détective, les confidences de son amant ne cessent d'alimenter les hypothèses.

Dans son édition du 27 avril 2022, Le Nouveau Détective révélait des extraits d'une conversation avec l'amant de Montauban. C'est le surnom que la trentenaire de Cagnac-les-Mines avait donné à l'homme qu'elle avait rencontré en juin 2020 via l'application Gleeden. C'est avec lui qu'elle avait fait des projets d'avenir, souhaitant mettre fin à sa "vie de bidoche" chez Cédric Jubillar. En particulier, quelques jours avant de ne plus donner signe de vie le 12 décembre 2020, elle avait fait un achat qui était loin d'être anodin : une voiture.

Comme pour avancer dans sa vie, prête à être libérée de son mariage en lambeaux avec son mari, Delphine Jubillar souhaitait une nouvelle voiture. Avec son nouveau compagnon, elle s'est rendue dans un garage près de la ville d'Agen : "Delphine vient tester une C4 d'occasion que Jean avait repérée en remplacement. La voiture a quelques kilomètres au compteur, mais pour 3.700 euros, c'est franchement une bonne affaire. La vente est rapidement conclue". Delphine prend le bus pour rentrer chez elle auprès de ses deux enfants, Louis et Elyah, tandis que son discret amant retourne à ses cours de piano. Ce dernier ne sait pas que c'est la dernière fois qu'il verra l'infirmière tarnaise.

Cette information rend encore plus incompréhensible la thèse défendue par son conjoint, selon laquelle elle se serait évaporée, laissant derrière elle toutes ses affaires, pour ... pour aller vivre en Espagne. Pour l'avocat des proches de Delphine, née Aussaguel, un mobile se dessine, confirmé par l'analyse des lunettes cassées de la jeune femme et l'expertise psychiatrique du principal suspect : Voyant que sa femme lui échappait inexorablement, il est passé à l'acte.

Cédric Jubillar est présumé innocent jusqu'au jugement définitif de cette affaire.