Cédric Jubillar dans une relation avec Séverine : elle bavarde sur ses "crises de colère".

Dans une interview accordée au journal "Le Parisien", la nouvelle compagne de Cédric Jubillar a évoqué la personnalité de son compagnon. Selon elle, c'est un homme "doux et adorable", qui a parfois tendance à faire certaines "colères".

Incarcéré à la prison de Seysses (près de Toulouse) depuis le 18 juin 2021, Cédric Jubillar clame haut et fort son innocence dans l'affaire Delphine Jubillar. Ce père de famille souhaite désormais être libéré afin de pouvoir retrouver Séverine, la femme avec laquelle il a refait sa vie. Dans une interview accordée au journal français Le Parisien, l'aide-soignante de 44 ans a évoqué sa relation avec Cédric.

Concernant sa relation avec Cédric Jubillar, Séverine s'est d'abord souvenue des nombreuses disputes qu'elle a eues avec lui. Car même si elle le décrivait comme un homme majoritairement "doux et adorable", le plaquiste pouvait parfois se montrer sous un tout autre jour ... "Et puis, il pouvait soudain avoir une petite crise de colère qui retombait aussi vite qu'elle était montée...", expliquait-elle avant de poursuivre : "Je n'ai jamais été témoin de violence physique de sa part. Il monte le ton, se met en colère pour un oui ou pour un non, notamment contre son fils, puis il se calme. Il est comme ça, il faut le connaître. D'ailleurs, je suis un peu comme lui".

Cédric Jubillar, un père violent ?

Dans leur édition du 15 novembre 2021, nos confrères du Parisien avaient publié quelques extraits de la dernière audition de Cédric Jubillar. Lors de cette audition, qui s'est déroulée à huis clos, le père de famille avait été confronté à de nombreux témoignages le présentant comme un père violent. Louis "semble avoir subi de nombreuses brimades de la part de son père : Coups de pied aux fesses, fessées et gifles en public, tirage d'oreilles", rapportait le quotidien qui poursuivait : "S'agit-il d'une autorité bienveillante ou plutôt de la démonstration d'une personnalité violente ?

"Ce n'est quand même pas un enfant maltraité", aurait réagi Cédric Jubillar, en mentionnant que son fils "n'est jamais venu à l'école avec des bleus, des cocardes ou quoi que ce soit". Il a poursuivi : "Bien sûr que je crie (...), j'ai essayé de faire peur à mon enfant. Pour qu'il ne me fasse pas la même bêtise".

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'au jugement définitif dans cette affaire.