Cédric Jubillar face à un nouveau coup bas : "C'est certainement pour les besoins de l'enquête ...".

Cédric Jubillar, qui était en détention provisoire depuis juin dernier à la prison de Seysses, près de Toulouse, avait de nouveau demandé sa remise en liberté. Le mari de Delphine Jubillar, mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint", n'a pas obtenu gain de cause.

Près d'un an après la disparition de Delphine Jubillar, de nombreuses zones d'ombre subsistent. Son mari Cédric Jubillar, mis en examen en juin dernier pour "homicide volontaire par conjoint" et placé en détention provisoire à la prison de Seysses, près de Toulouse, avait pourtant l'espoir de recouvrer la liberté. Mais la justice en a décidé autrement !

Lundi 22 novembre 2021, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a rejeté la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar, soupçonné d'avoir fait disparaître son épouse Delphine. "C'est certainement pour les besoins de l'enquête, il reste en détention", a déclaré aux journalistes l'un des avocats de Cédric Jubillar, Alexandre Martin, qui s'exprimera plus longuement dans l'après-midi.

Cédric Jubillar, 34 ans, qui travaillait comme intérimaire dans le bâtiment, nie tout lien avec la disparition de son épouse et mère de leurs deux enfants.

La jeune femme, qui travaillait comme infirmière de nuit dans une clinique d'Albi et était alors âgée de 33 ans, a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Elle a été vue pour la dernière fois à son domicile de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. C'est son mari qui avait alerté les gendarmes.

Cédric Jubillar avait demandé à plusieurs reprises sa remise en liberté, à chaque fois refusée par la justice. Le 18 juin, il a été mis en examen pour assassinat et immédiatement placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse.

Après avoir été interrogé le 15 octobre dans le bureau des juges, le principal suspect dans l'affaire Delphine Jubillar devra à nouveau répondre aux questions des deux magistrates chargées de l'enquête le 3 décembre prochain.

En attendant le jugement définitif de cette affaire, Cédric Jubillar reste présumé innocent.