Disparition de Delphine Jubillar : Cédric aurait avoué le meurtre à un codétenu, il aurait "pété les plombs".

Disparition de Delphine Jubillar : Cédric aurait avoué le meurtre à un codétenu, il aurait "pété les plombs".

Selon Marco, un ancien codétenu de Cédric Jubillar, le peintre et tapissier de 34 ans aurait assassiné sa femme après avoir découvert les SMS qu'elle envoyait à son amant. Selon lui, Cédric avait déjà réfléchi depuis longtemps à l'endroit où il devait enterrer le corps de sa femme...

Cédric Jubillar, incarcéré depuis juin 2021 à la prison de Toulouse-Seysses et mis en examen pour "meurtre sur conjoint", se serait lié d'amitié avec l'un de ses codétenus. Le peintre-applicateur de 34 ans, placé à l'isolement, a toutefois pu discuter et se lier d'amitié avec un autre homme d'origine corse au lourd passé. Ce détenu, surnommé "Marco" par le journal Le Parisien, aurait révélé des propos explosifs que Cédric Jubillar aurait tenus en prison. Selon ces propos, le père de Louis et Elyah aurait même avoué le meurtre de Delphine Jubillar. Un meurtre qui aurait été planifié puisque, selon Marco, le mari de l'infirmière d'Albi avait prévu depuis un certain temps de la tuer.

Il m'a dit qu'il savait déjà avant le crime où il devait l'enterrer ...

Le soir de la disparition de Delphine Jubillar, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Cédric aurait "pété les plombs", selon le détenu. Alors qu'il se trouvait dans sa chambre, il aurait rejoint Delphine dans le salon pour récupérer son chargeur de téléphone. C'est là qu'il l'aurait trouvée en train de chatter avec son amant sur son téléphone portable. Il lui aurait immédiatement arraché le téléphone des mains et aurait lu les messages écrits qu'elle échangeait avec son amant.

"Il aurait d'abord vu un message de l'amant de sa femme avec lequel elle textait. Ensuite, il lui a pris le téléphone des mains et a vu les messages. Cela l'a assommé (...). Il dit qu'il est le plus grand cocu de France. Il m'a dit qu'avant les faits, il savait où l'enterrer. Il m'a expliqué qu'il avait suivi sa femme par géolocalisation et qu'il avait essayé de pirater son téléphone, sans y parvenir. Il savait ce qui allait se passer. Il attendait le bon moment pour se débarrasser d'elle", a raconté le détenu corse.

Cédric Jubillar, considéré comme le principal suspect dans cette affaire, continue de clamer son innocence. Le 14 janvier 2022, une troisième demande de remise en liberté, initiée par ses avocats, a été rejetée par le tribunal de Toulouse.

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'au jugement définitif de cette affaire.