Disparition de Delphine Jubillar : Le message caché de Cédric décrypté par les enquêteurs !

Disparition de Delphine Jubillar : Le message caché de Cédric décrypté par les enquêteurs !

Cédric Jubillar, détenu à l'isolement dans des conditions très difficiles à la prison de Toulouse-Seysses, envoie fréquemment des lettres à sa nouvelle petite amie, Séverine. Amateur d'énigmes, ce peintre en bâtiment s'est amusé à écrire un message codé à sa dulcinée, mais aussi aux enquêteurs...

Cédric Jubillar, en couple avec Séverine depuis avril 2021, a été incarcéré à la prison de Toulouse-Seysses deux mois après le début de leur idylle romantique. Le peintre et enducteur de 34 ans, placé à l'isolement, n'oublie jamais d'envoyer régulièrement des lettres d'amour enflammées à sa nouvelle compagne. L'une de ces lettres a été interceptée par la justice et a réservé de nombreuses surprises aux enquêteurs chargés de la procédure judiciaire sur la disparition de Delphine Jubillar.

Selon Le Parisien, le père de Louis et Elyah aurait gribouillé de mystérieuses suites de chiffres sur le courrier. Ainsi, dans la marge de la lettre envoyée à Séverine le 22 novembre, des chiffres ont été retrouvés, comme par exemple "68, 18, 35, 13, 56, 80...". Après quelques recherches, les enquêteurs et notamment l'adjudant de la section de recherche de Toulouse ont finalement réussi à décrypter ces chiffres.

En réalité, ces paires de chiffres doivent être remplacées par les lettres de l'alphabet. Les enquêteurs ont ainsi pu lire : "J T AIM FOR MON ANG. J ENVIE D T FAIRE L AMOUR PARTOU". Curieusement, Cédric Jubillar, visiblement amateur de blagues, a laissé un autre message codé pour les gendarmes : "BONNE LECTURE LES PD SI VOUS TROUF L'CODE" (bonne lecture, PD, si vous trouvez le code).

Pour rappel, Séverine a rencontré Cédric Jubillar lors d'une chasse à courre pour retrouver le corps de Delphine Jubillar. Séverine a été arrêtée le 15 décembre 2021 pour "complicité de recel de cadavre" dans l'affaire de la disparition de l'infirmière. Les enquêteurs soupçonnaient Séverine non seulement de savoir où se trouvait le corps de l'infirmière, mais aussi de vouloir déplacer son corps avec l'aide d'un codétenu de Cédric. Après avoir été interrogée par la gendarmerie de Gaillac, Séverine n'a finalement été retenue que 38 heures sur les 48 prévues par la loi, faute de preuves.

Cédric Jubillar reste présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'au jugement définitif de cette affaire.