Bernard Pons : décès de l'ex-ministre et proche de Jacques Chirac

Bernard Pons : décès de l'ex-ministre et proche de Jacques Chirac

Bernard Pons, ancien ministre et proche de Jacques Chirac, est décédé à l'âge de 95 ans, rapporte l'AFP. L'ancien secrétaire général du RPR a marqué la vie politique pendant plus de 30 ans et par de nombreux mandats. L'ancien président Nicolas Sarkozy lui a rendu hommage sur Twitter.

Il a été pendant plus de 30 ans l'une des figures les plus importantes de la politique française : Bernard Pons est décédé mercredi 27 avril à l'âge de 95 ans. Il a été député, ministre, membre du Conseil de Paris et secrétaire général du RPR. Cet homme de droite, très proche du défunt président Jacques Chirac pendant de nombreuses années, a tout exercé sans oublier ses convictions profondes.

Car si ce médecin généraliste est entré en politique en 1967 et a occupé plusieurs postes de secrétaire d'État dans les gouvernements Chaban-Delmas et Messmer de 1969 à 1973, il a refusé de participer aux gouvernements du septennat de Valéry Giscard d'Estaing, qu'il a durement critiqué. Il revient ensuite à la politique avec Jacques Chirac, son fidèle ami et allié, qui le nomme président du RPR (devenu UMP puis LR) de 1979 à 1984.

En 1981, il est élu député de l'Essonne, poste qu'il occupe jusqu'en 2002 et qui ne l'empêche pas d'occuper plusieurs autres fonctions : en 1986, il est ministre de l'Outre-mer, un mandat marqué par le massacre de la grotte d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, qui fait 21 morts (19 Kanak et 2 militaires) entre les deux tours de l'élection présidentielle de 1988 et dont il est tenu pour responsable. Il a également été ministre des transports de 1995 à 1997.

Père de quatre filles, dont Valérie, décédée en 2013, Bernard Pons a longtemps partagé sa vie entre la France métropolitaine et la Martinique. Fidèle à sa verve légendaire, il s'était séparé de Jacques Chirac à la fin de sa carrière politique. "Je l'ai longtemps considéré comme ouvert, attentif, généreux et fidèle en amitié. Aujourd'hui, je constate que ce n'est pas le cas", déclarait-il en 2005 au journal Le Parisien.

"La disparition de Bernard Pons marque la fin d'une époque. Celle des grands moments de compagnonnage, de politique épique, de gaullisme triomphant. J'aimais beaucoup cet homme qui a tant donné à sa famille politique", a réagi de son côté Nicolas Sarkozy. Un beau message pour un homme qui a marqué de son empreinte la politique française.