Boris Johnson dans le pétrin ... pour avoir organisé des fêtes dans un espace clos !

Boris Johnson dans le pétrin ... pour avoir organisé des fêtes dans un espace clos !

La vie est une fête - du moins pour une certaine élite. Alors que les Anglais ont vécu un enfermement difficile en 2020, le Premier ministre Boris Johnson a reçu une multitude d'invités dans sa maison.

Depuis des mois et des mois, le peuple britannique se prive des plaisirs les plus simples, à l'instar du reste du monde. La pandémie de Covid 19 a balayé les moments de bonheur et les citoyens anglais ont notamment été dispersés à chaque pique-nique ou menacés de lourdes amendes à chaque réunion. Pendant ce temps, au 10 Downing Street - le siège du Premier ministre - Boris Johnson était tout sauf heureux.

Certes, il a accueilli le 9 décembre son septième enfant, la petite Romy. Mais auparavant, Boris Johnson avait joyeusement fêté la vie en enfreignant les règles sanitaires en vigueur dans son pays. Au total, neuf célébrations ont eu lieu à son domicile, dont une fête BYOB - "Bring Your Own Bottle" - organisée le 20 mai 2020 dans les jardins de Downing Street et à laquelle une quarantaine d'invités ont participé, selon des sources anonymes citées par l'AFP.

L'invitation avait été adressée à plus d'une centaine de personnes par Martin Reynolds, le secrétaire privé de Boris Johnson : "Bonjour à tous, après cette période incroyablement intense, nous avons pensé qu'il serait agréable de profiter du beau temps et de partager un verre ce soir dans les jardins de Downing Street de manière socialement distante", indiquait le message électronique. Rendez-vous à 18 heures et apportez votre propre bouteille !". Le Premier ministre et sa compagne Carrie étaient bien entendu de la partie.

Le porte-parole du Premier ministre refuse pour l'instant de commenter la fête du 20 mai 2020. Pour savoir ce qui s'est réellement passé à Downing Street, une enquête interne a été lancée, dirigée par Sue Gray, une haute fonctionnaire du cabinet de Boris Johnson. Le rapport devrait être publié à la fin du mois et la Metropolitan Police a confirmé lundi 10 janvier 2022 qu'elle était "en contact" avec Downing Street. En attendant, les Anglais crient au "scandale" et conseillent au politicien de 57 ans de redresser la barre ou de laisser son poste à quelqu'un d'autre. Du côté de nos voisins, il y a donc du thé dans le gaz ...