Boris Johnson : son père Stanley est accusé d'abus par deux femmes

Ces révélations rendent encore plus difficile la situation accablante dans laquelle se trouve actuellement le Premier ministre britannique Boris Johnson. Son père, ancien politicien et écrivain, est accusé par une politicienne conservatrice et une journaliste politique de l'avoir touchée de manière inappropriée.

La situation ne pourrait pas être plus compliquée pour le Premier ministre britannique Boris Johnson. Depuis deux semaines, il doit faire face à des accusations de corruption contre son camp, le Parti conservateur. Il doit ainsi répondre devant le Parlement du scandale du lobbying, mais aussi de la peu glorieuse COP26, du budget pour la lutte contre la violence envers les femmes. Sur ce dernier sujet, il est bien embêté avec son père Stanley Johnson, que deux femmes accusent d'attouchements, voire d'agression sexuelle. Ces affaires ne vont pas l'aider à remonter dans les sondages...

Selon Le Point, qui se base sur des informations de la BBC, l'écrivain et homme politique britannique Stanley Johnson, âgé de 81 ans, aurait eu des attouchements inappropriés sur la députée conservatrice Caroline Nokes et la journaliste Ailbhe Rea. La première a affirmé que l'ancien député européen l'avait frappée "par derrière aussi fort qu'il le pouvait" lors d'une conférence du parti conservateur à Blackpool en 2003, alors qu'elle avait 31 ans. Interrogé sur cet acte par la chaîne Sky, Stanley Johnson a déclaré qu'il n'avait "aucun souvenir" de Caroline Nokes. Celle-ci a expliqué : "Je pense que tout le monde serait choqué si quelqu'un lui donnait une tape sur les fesses, et c'est la réalité". Alors qu'elle s'en veut de ne pas avoir réagi à ce moment-là et qu'elle en a honte, elle attend maintenant des excuses de son agresseur présumé.

Ces déclarations ont incité une autre femme, Ailbhe Rea, journaliste politique et correspondante au Royaume-Uni du New Statesman, à prendre la parole pour dénoncer d'autres agissements du père du Premier ministre. Elle a écrit sur son compte Twitter qu'elle avait été pelotée par Stanley Johnson lors de la convention 2019 du parti conservateur à Manchester. Le porte-parole du gouvernement n'a pas souhaité réagir à ces déclarations.

Il y a un an, le Daily Mail révélait dans les bonnes feuilles du livre The Gambler de Tom Bower sur l'actuel chef du gouvernement britannique que son père Stanley avait cassé le nez de sa mère Charlotte. Dans son livre, l'auteur décrit que le premier mariage de Stanley Johnson a été marqué par des violences domestiques ?

La découverte de ces prétendus agissements n'est pas passée inaperçue pour les deux femmes, qui sont désormais la cible d'attaques sur les réseaux sociaux. Caroline Nokes a écrit sur Twitter ce qu'elle a entendu de la part de Stanley Johnson après sa plainte : "Et à Justin Barker, merci pour ton e-mail de ce soir. 'J'aurais aimé qu'il te viole, espèce de p*** conservateur'. C'est le genre de discours que les femmes doivent aussi gérer au quotidien au Parlement".

En France, 285 femmes ont décidé de libérer la parole des femmes en politique grâce au hashtag MetooPolitique. Ces personnalités ont signé une tribune publiée dans Le Monde le 15 novembre 2021, appelant à "sortir les agresseurs sexuels du monde politique", alors que la parole se libère sur les réseaux sociaux et que les témoignages affluent, à cinq mois de l'élection présidentielle.