"C'est du bullshit" : un rugbyman du Stade français suppose antivax...

"C'est du bullshit" : un rugbyman du Stade français suppose antivax...

Le Fidjien Waisea Nayacalevu, titulaire cette saison au Stade français, continue de dire non aux vaccins. Dans une interview accordée au Parisien, il assume sa décision et ne pèse pas ses mots...

C'est un sujet qui divise énormément les esprits des sportifs professionnels. Le vaccin contre le Covid-19, devenu indispensable dans la plupart des sports, continue de susciter la controverse. Alors que la star du tennis Novak Djokovic se retrouve au milieu d'une énorme controverse, d'autres professionnels se joignent à lui en partageant leur peur ou leur désapprobation face aux vaccins sortis ces derniers mois. Parmi eux, Waisea Nayacalevu, le rugbyman du Stade français.

Seul joueur de l'effectif parisien à ne pas avoir été vacciné, le trois-quarts de 31 ans assume son choix, décrié en pleine pandémie et à l'heure où l'Omicron fait exploser les chiffres de la contagion dans le monde. Interrogé par Le Parisien sur sa décision, l'homme anti-Ax a été très clair. "Vous avez le droit de penser ce que vous voulez, j'ai le droit de penser ce que je veux. C'est mon opinion. Je ne crois pas au vaccin, tout ça c'est des conneries", dit-il avant d'expliquer pourquoi il dit ça : "La preuve, tu peux quand même avoir du Covid-19 et le diffuser, donc je ne vois pas trop comment ça peut être efficace". Comme beaucoup d'autres, il n'est pas informé et oublie complètement que le vaccin n'est pas destiné à empêcher la contagion, mais à bloquer une forme grave qui peut entraîner l'envoi de personnes sur un lit d'hôpital. Les frères Bogdanoff, récemment décédés, avaient eux aussi choisi de ne pas faire confiance aux vaccins...

Nous avons affaire à une escroquerie, à une énorme manipulation.

Waisea Nayacalevu, visiblement très méfiant à l'égard des vaccins, n'est clairement pas loin des pires théories du complot. "Nous avons affaire à une fraude, à une énorme manipulation. C'est une question de bon sens, il faut regarder autour de nous et voir comment cette maladie évolue. Les médias donnent des chiffres sur le nombre de personnes qui ne sont pas vaccinées à l'hôpital, mais vous ne pouvez pas le vérifier vous-même", affirme-t-il. Il n'a pas d'autre choix que de rendre visite aux soignants surchargés s'il veut constater de ses propres yeux les faits sur place.

Une situation qui préoccupe son club, mais aussi ses coéquipiers. "Dans les vestiaires, d'autres joueurs m'ont dit que c'était dangereux. Mais je leur dis de regarder la situation autour de nous. Nous ne devrions pas nous contenter de suivre ce qu'on nous dit", a-t-il répondu.

J'espère toujours que la loi ne sera pas adoptée.

Une situation très complexe, tant pour le joueur que pour son club, qui risque d'être bien embêté avec l'introduction prochaine du carnet de vaccination... "J'espère toujours que cette loi ne sera pas adoptée. Si c'est le cas, je me ferai probablement vacciner pour pouvoir continuer à jouer au rugby dans ce pays. Mais c'est ma dernière option", ajoute Waisea Nayacalevu.

Retrouvez l'intégralité de l'article sur le site du Parisien.