Dakar 2022 : le Français Philippe Boutron blessé, sa voiture explosée - un acte criminel ?

Dakar 2022 : le Français Philippe Boutron blessé, sa voiture explosée - un acte criminel ?

Mais que s'est-il passé le jeudi 30 décembre lors du Dakar 2022 ? Le pilote français Philippe Boutron a été blessé à la jambe après l'explosion de sa voiture en Arabie saoudite. Il a été opéré d'urgence et devrait rentrer prochainement en France. Cet accident est au centre de toutes les rumeurs.

Philippe Boutron, pilote de 61 ans et président du club de football de l'US Orléans (3e division), a connu une énorme frayeur lors de sa neuvième participation au mythique rallye Dakar. Le jeudi 30 décembre 2021, il a été blessé à une jambe dans l'explosion de sa voiture près de Djidda, avant d'être opéré en Arabie Saoudite. Un acte criminel ?

Philippe Boutron devrait être rapatrié en France, a annoncé l'organisation du rallye-raid samedi 1er janvier 2022, tandis que les autorités saoudiennes ont exclu tout acte "criminel". Les organisateurs avaient auparavant déclaré qu'ils n'excluaient pas un "acte de malveillance" et, selon un journaliste de l'AFP, les mesures de sécurité autour du bivouac du rallye-raid ont été largement renforcées.

Le ministère français des Affaires étrangères - représenté par Jean-Yves Le Drian - a également appelé à une "vigilance maximale" après cette "explosion", soulignant que "l'hypothèse d'un acte criminel n'est pas exclue". Dans un tweet, le ministre saoudien de l'Intérieur a toutefois écarté tout "soupçon criminel" pour expliquer cet "accident". Selon lui, cinq Français se trouvaient dans le véhicule d'escorte, dont "l'un a été hospitalisé et se trouve dans un état rassurant".

"Le conducteur de la voiture a été gravement blessé à la jambe et a dû subir une opération. Son état s'améliore (...). Son véhicule avait été brusquement stoppé par une explosion soudaine dont l'origine est encore inconnue à ce stade. La police saoudienne s'est immédiatement rendue sur place et a commencé son enquête, n'excluant aucune possibilité, y compris celle d'un acte de malveillance", indiquait le communiqué de l'organisateur ASO, publié avant le tweet des autorités saoudiennes.