Décès de Jean-Jacques Beineix : le réalisateur est décédé à l'âge de 75 ans

Le réalisateur, connu pour les films "Diva" et "37°2 le matin", est décédé à son domicile parisien des suites d'une longue maladie. Grand réalisateur, il avait été président du jury du 29e Festival international du film de Tokyo en 2016.

Jean-Jacques Beineix, né le 8 octobre 1946 à Paris, est décédé à l'âge de 75 ans. Il s'est éteint à son domicile parisien des suites d'une longue maladie.

Le réalisateur, écrivain et producteur de cinéma français a commencé sa carrière en 1969, en travaillant comme assistant réalisateur de Jean Becker pour la série télévisée Les Saintes Chéries (1970) de Claude Berri. Sept ans plus tard, il décide de réaliser son premier court-métrage, intitulé Le Chien de M. Michel. Très vite, il se fait remarquer et remporte même le premier prix au Festival du film de Trouville. En 1980, Jean-Jacques Beineix conçoit son premier long métrage, Diva, et fonde en 1984 sa propre société de production, Cargo Films.

Il connaît son plus grand succès au cinéma en 1986 avec le film 37°2 le matin, avec des acteurs comme Jean-Hughes Anglade, Béatrice Dalle, Gérard Darmon, mais aussi Jacques Mathou. Un véritable succès au box-office qui a fait décoller la carrière de Jean-Jacques Beineix, qui a même reçu le César de la meilleure affiche pour ce film en 1987. Le réalisateur ne s'arrêta pas là et imagina en 1992 le film IP5, qui devint lui aussi culte dans le septième art.

Passionné par le cinéma mais aussi par la littérature, il a écrit à l'automne 2006 le premier tome de ses mémoires, Les Chantiers de la gloire. Lorsqu'on l'a interrogé sur cet ouvrage, il a avoué s'être inspiré du film de Stanley Kubrick, Les chemins de la gloire, pour le titre. Touche-à-tout, il a mis en scène sa première pièce de théâtre en 2015, inspirée de la vie de Kiki de Montparnasse.

En 2016, récompense suprême pour le réalisateur, il a présidé le jury du 29e Festival international du film de Tokyo.