Guerre en Ukraine : une interprète fond en larmes devant les paroles du président Zelensky

Guerre en Ukraine : une interprète fond en larmes devant les paroles du président Zelensky

L'émotion était à son comble dans une séquence vidéo reproduisant le discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Lorsqu'une traductrice a traduit en allemand le discours du chef d'Etat aux prises avec la guerre, elle s'est excusée d'avoir pleuré...

Le 27 février 2022, à la demande du grand quotidien allemand Die Welt, une interprète chargée de traduire en allemand le discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky n'a pas pu retenir ses émotions. Pas besoin d'être trilingue pour ressentir l'émotion dans la voix de la traductrice chargée de faire comprendre aux Allemands les propos du chef d'État ukrainien, au pouvoir depuis 2019.

Dimanche, au quatrième jour de l'invasion russe de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky a salué la formation d'une "coalition" internationale de pays apportant leur aide à l'Ukraine. "Nous recevons des armes, des médicaments, de la nourriture, du carburant et de l'argent. Une forte coalition internationale s'est formée pour soutenir l'Ukraine, une coalition anti-guerre", a déclaré Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Il a salué la livraison de nouvelles armes par l'Allemagne et la Belgique ainsi que l'accord européen sur l'exclusion des banques russes de la plateforme Swift, un rouage important de la finance mondiale.

Le mari d'Olena Zelenska a notamment remercié le président polonais Andrzej Duda pour ses efforts en faveur de l'intégration de l'Ukraine dans l'UE. Il a condamné les "actes criminels" de la Russie contre l'Ukraine, estimant qu'ils avaient "les caractéristiques d'un génocide", et a appelé la communauté internationale à retirer à Moscou son droit de vote au Conseil de sécurité de l'ONU.

Cette séquence a été relayée sur les réseaux sociaux par Inna Shevchenko (ou Shevchenko), une activiste féministe ukrainienne et figure importante du mouvement Femen. La jeune femme de 31 ans a souvent interpellé les observateurs de l'actualité sur les actions de Vladimir Poutine. En 2019, elle est devenue membre du Conseil consultatif pour l'égalité entre les femmes et les hommes (CCEFH), chargé de composer un "bouquet législatif" pour les chefs d'État et de gouvernement participant au sommet du G7 à Biarritz. Pour ce faire, elle a notamment travaillé avec le gynécologue congolais Denis Mukwege, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2018.

Volte-face de l'Allemagne face à la guerre en Ukraine.

L'agitation de l'interprète allemande est également compréhensible en raison de la situation délicate du pays outre-Rhin, de l'Ukraine et de la Russie. Berlin venait d'accepter de livrer des armes à l'Ukraine en guerre, après avoir longtemps refusé de le faire. Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne a refusé, à quelques exceptions près, de livrer des armes "mortelles" dans des zones de conflit. Mais cette position était de moins en moins tenable politiquement depuis le début de l'invasion de l'Ukraine jeudi.

Dans un nouveau revirement, le gouvernement allemand a finalement accepté d'exclure les banques russes de la plateforme interbancaire Swift, un rouage important de la finance mondiale. Jusqu'à présent, Berlin craignait d'être pénalisé en échange de ses livraisons de gaz, de pétrole et de charbon russes, dont le pays est étroitement dépendant pour son chauffage.