"J'ai eu peur qu'il soit paraplégique" : La chute de Julian Alaphilippe a traumatisé Romain Bardet, il raconte

"J'ai eu peur qu'il soit paraplégique" : La chute de Julian Alaphilippe a traumatisé Romain Bardet, il raconte

Julian Alaphilippe, qui a lourdement chuté lors de Liège-Bastogne-Liège, a dû être transporté à l'hôpital et l'étendue des dégâts n'est pas encore connue. Le cycliste Romain Bardet, qui était à ses côtés, raconte cette scène traumatisante dans "L'Équipe".

Une chute est la plus grande crainte de tous les cyclistes, et pourtant plus d'une centaine d'entre eux ont dû s'y attendre lors de la légendaire course Liège-Bastogne-Liège. La classique belge est toujours très disputée et les coureurs essaient de se positionner au mieux dans le peloton, ce qui peut provoquer des frictions et des chutes, comme cela s'est produit dimanche dernier. Parmi les coureurs les plus touchés, on trouve le sportif de 29 ans Julian Alaphilippe, le chouchou du public français.

Le compagnon de Marion Rousse a été pris dans la chute collective et s'est retrouvé projeté contre un arbre en contrebas de la route. Une chute d'une rare violence qui a entraîné plusieurs gros pépins physiques, notamment deux côtes cassées, une fracture de l'omoplate et un pneumothorax. Romain Bardet, présent au moment de l'accident et qui a été le premier à sauver Julian Alaphilippe, est revenu dans L'Équipe sur ces moments marquants. "Je vois Julian, je vois qu'il va vraiment très mal. Il a du mal à respirer, il est incapable de parler, incapable de bouger. Et là, j'ai un éclair de lucidité qui me donne l'impression d'être le seul à voir qu'il est là, qu'il souffre et que la course continue sans lui prêter attention", se souvient-il.

C'était une immense détresse. J'avais l'impression qu'il allait rester seul là-bas pour toujours.

Une scène de chaos de plusieurs minutes où Romain Bardet se sent seul et abandonné, alors que Julian Alaphilippe est en train de mourir à côté de lui. "Les motos repartent, les voitures aussi, et moi je suis là, dans le fossé, je crie seul dans le vide et personne ne m'entend. C'est une détresse immense. J'avais l'impression qu'il allait rester là pour toujours, tout seul", se souvient le mari d'Amandine.

Julian Alaphilippe était hors de danger, mais si l'on en croit Romain Bardet, il a frôlé le pire. Les deux hommes s'apprécient et ont pu communiquer après l'accident. "Il m'a écrit dans la nuit de dimanche à lundi à deux heures du matin. Quand il a récupéré son téléphone, c'est la première chose qu'il a faite. Nous nous connaissons depuis un certain temps. J'espère qu'il se remettra vite", a ajouté Romain Bardet avant de conclure : "Quand j'ai abandonné la course après être venu à son secours, je ne voulais qu'une chose : savoir comment il allait. J'avais peur qu'il ait une vertèbre blessée ou qu'il soit paraplégique. Je craignais vraiment le pire".

Retrouvez l'interview complète de Romain Bardet sur le site de L'Équipe.