Jean-Michel Blanquer a été critiqué pour ses vacances à Ibiza : Il répond à l'Assemblée

Jean-Michel Blanquer a été critiqué pour ses vacances à Ibiza : Il répond à l'Assemblée

Les révélations de "Mediapart" ont provoqué un tollé. Jean-Michel Blanquer a tenté de répondre lors d'une nouvelle séance de questions à l'Assemblée nationale, mardi 18 janvier. Le ministre de l'Éducation nationale, harcelé par les députés, s'est défendu tant bien que mal.

Une très mauvaise période. Vivement critiqué par l'opposition pour sa gestion de la crise sanitaire à l'école, sévèrement taclé par les enseignants qui ont fait grève le 13 et ont prévu deux nouvelles journées de protestation les 20 et 27, Jean-Michel Blanquer est aussi au cœur d'une polémique pour son récent séjour à Ibiza... Il a répondu.

C'est le site de Médiapart qui a révélé que le ministre de l'Éducation nationale honni avait répondu samedi par téléphone aux questions du journal Le Parisien - pour présenter dimanche soir le nouveau protocole de santé à l'école avant la rentrée scolaire ! - depuis ... Ibiza. A l'époque, il était en vacances sur la célèbre île espagnole, réputée pour ses fêtes, même si l'hiver y est très calme. Alors que le personnel éducatif ainsi que les parents d'élèves s'arrachent les cheveux avant la reprise des cours pour comprendre le nouveau protocole et anticiper au mieux le retour des enfants à l'école en pleine vague Omicron, le symbole passe très mal.

Mardi 18 janvier, Jean-Michel Blanquer - dont le mariage avec Anna Cabana a été rendu public - était aux côtés du gouvernement pour une séance de questions-réponses avec les députés à l'Assemblée nationale. Vivement hué par les députés dans l'hémicycle, le ministre a tenté tant bien que mal de répondre. "Avais-je le droit de prendre quelques jours de vacances après cette année ? Y avait-il des réunions ou des éléments que j'aurais dû faire pendant cette période et que je n'ai pas faits à cause de cela ? Non, bien sûr que non. Et les décisions auraient-elles été différentes si j'avais été ailleurs ? Non plus. Il y a, je l'admets, une symbolique. C'est que l'endroit que j'ai choisi, j'aurais sans aucun doute dû en choisir un autre... Je regrette la symbolique", a-t-il réagi, se réjouissant toujours de mener "la politique de l'école ouverte", même si cette stratégie n'est pas partagée par tous.

Ces vacances tant décriées ont eu lieu quelques jours avant le mariage du ministre avec Anna Cabana, qui s'est déroulé en petit comité samedi 15 janvier à Paris, a également appris l'AFP de sources politiques.

Sur Internet, Le Parisien a également été fortement critiqué pour avoir illustré l'interview de Jean-Michel Blanquer - un temps disponible en version payante sauf pour les abonnés, puis en version gratuite - avec une photo du ministre à son bureau. Le journal s'est expliqué et a indiqué qu'il savait que le ministre était en vacances en famille, mais qu'il ne savait pas où. Le jour prévu, "nous recevons un e-mail avec le numéro (en 01) d'une plateforme de téléconférence ainsi que des codes d'accès à taper au début de la conversation. Une procédure habituelle lorsque l'on est obligé d'interroger des ministres à distance pour des raisons de temps ou de déplacement", explique le journal pour se dédouaner de son erreur d'illustration.