Jordan Michallet : la femme enceinte du joueur de rugby s'exprime après son suicide

Jordan Michallet : la femme enceinte du joueur de rugby s'exprime après son suicide

Retrouvé mort quelques jours avant son 29e anniversaire, le joueur de rugby professionnel Jordan Michallet est décédé d'une terrible dépression. Mal dans sa peau, sous pression constante et fatigué, le joueur s'est suicidé alors qu'il devait devenir père pour la première fois dans quelques mois. Pour éviter qu'un tel cas ne se reproduise, sa femme Noémie a courageusement pris la parole dimanche.

C'est une jeune femme très éprouvée mais courageuse qui a pris la parole au Canal Rugby Club le dimanche 6 mars 2022. Enceinte, Noémie Michallet a perdu son mari Jordan il y a quelques semaines. Celui-ci s'est suicidé en raison d'une dépression liée à son métier de joueur de rugby professionnel. Soumis à une pression constante, le jeune homme s'est effondré lors d'une semaine décisive.

"Le problème, c'est que tout est allé très, très vite. En l'espace d'une semaine, tout s'est écroulé. Et Jordan n'a pas osé en parler, ou alors trop tard. Je sais qu'au club de Rouen, ils auraient été là pour Jordan s'ils avaient su ce qu'il ressentait. Ils l'auraient aidé et ne l'auraient pas laissé tomber. Malheureusement, un joueur a toujours honte d'avouer ses faiblesses, d'avoir honte de dire qu'il ne va pas bien ou qu'il est fatigué", a-t-elle expliqué avec beaucoup de dignité à la journaliste Isabelle Ithurburu.

Son mari, qui avait "peur du jugement", a vécu "une petite semaine de baisse de moral", mais avait surtout "une certaine pression parce que le club était proche de la zone de relégation. Mais il avait toujours ce sourire sur les lèvres. Nous venions de faire l'échographie de notre enfant et il était très, très heureux quand il a appris que nous attendions une petite fille". Le jeune homme avait déclaré le 1er janvier que cette année serait "la plus belle année de sa vie, avec la construction de sa famille". Une phrase qui n'a pas vraiment laissé présager à sa femme un suicide quelques jours plus tard, "un geste aux antipodes de Jordan". D'autant plus que le futur père prenait son travail au sérieux.

Il m'avait dit : "Je n'ai pas le droit de laisser tomber l'équipe. Pour lui, il était impensable de prendre ne serait-ce que quelques jours de congé", raconte Noémie Michallet. Cela le rendait malade d'être affaibli et fatigué. Pour lui, il était impensable de devoir laisser ses coéquipiers derrière lui. Un mal-être partagé par de nombreuses personnalités du rugby, selon les témoignages reçus depuis le drame.

"Depuis ce drame, j'ai reçu de nombreux témoignages de joueurs de France et d'autres pays. Aucun ne m'a dit qu'il n'avait pas vécu de dépression. Mais aucun n'a osé en parler, ni à ses coéquipiers, ni à ses entraîneurs", explique-t-elle. Dans ce milieu, la dépression est en effet totalement taboue. "C'est un milieu où il faut toujours être fort, où il faut toujours donner le meilleur de soi-même. On joue avec des blessures, avec des douleurs extrêmes pendant les matches. Quand on m'a raconté ça, j'ai compris que ce n'était pas seulement Jordan. Je pouvais sentir le malaise de certains joueurs".

Une interview digne et forte de la part d'une femme qui veut témoigner d'une chose, "la magnifique personnalité de son mari", et qui rappelle le décès d'un autre joueur, Christophe Dominici, qui s'était lui aussi donné la mort fin 2020, quelques années après la fin de sa carrière.