La "zone interdite" sur l'islam radical : une étudiante voilée a été "piégée" par la rédaction, une plainte sera bientôt déposée

La "zone interdite" sur l'islam radical : une étudiante voilée a été "piégée" par la rédaction, une plainte sera bientôt déposée

Elle est étudiante en droit à Lyon, musulmane et voilée. Son témoignage a fait grand bruit dans "Zone interdite" sur M6, dimanche 23 janvier 2022. Pourtant, Lilia Bouziane s'était inscrite pour un tout autre reportage, bien loin de ce sujet sur "l'islam radical"... La future avocate, qui se sent "piégée" par la production, prend la parole et fait un esclandre.

Le dimanche 23 janvier 2022, M6 a diffusé un nouveau numéro de Zone interdite intitulé Face au danger de l'islam radical, les réponses de l'État. Plusieurs musulmans ont été invités à témoigner devant les caméras de la chaîne. Parmi eux, Lilia Bouziane, jeune étudiante en droit, qui avait déjà pris la parole sur le plateau de Touche pas à mon poste (C8), notamment face à Jean Messiha. C'est chez Cyril Hanouna qu'elle s'est exprimée en direct. Dans Zone interdite, elle raconte qu'elle s'est fait piéger.

"Je me suis fait piéger, assure-t-elle dans une vidéo postée sur Instagram le lundi 24 janvier 2022, au lendemain de la diffusion du programme. J'étais tranquillement en train d'apprendre dans ma chambre quand j'ai reçu des messages de gens un peu partout me disant que j'étais dans le reportage de Zone interdite, qui parle de l'islam radical. Je vous laisse imaginer le choc. Je me suis même demandé : 'Mais qu'est-ce que je fais dans ce reportage ? Quelle image y a-t-il à exploiter ?"

Ainsi, Lilia Bouziane, "très surprise" de se voir dans ce numéro de Zone interdite, raconte qu'elle a été contactée pour un reportage sur un tout autre sujet, "qui avait pour but de mettre en avant les jeunes, la jeunesse et leurs points de vue sur la laïcité". Cette mission a été acceptée par la future avocate, qui était "heureuse de partager [son] quotidien pendant 48 heures". Cependant, seules quelques séquences choisies de ces deux jours de tournage ont été diffusées. "Vous n'avez vu que quelques minutes. Nous avons complètement sauté les passages mélioratifs, car cela n'intéresse pas une fille qui porte le voile et donne des cours d'éloquence", regrette Lila Bouziane.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partage par Lilia Bouziane (@lilia_bouziane)

Une plainte sera bientôt déposée

Aujourd'hui, la jeune femme ne veut plus se contenter d'une vidéo sur les réseaux sociaux. "Les femmes se sont tues depuis trop longtemps. Moi, Lilia Bouziane, une femme musulmane et française, je ne me tairai pas aujourd'hui et je ne laisserai pas passer ce genre de choses. J'ai été trompée et manipulée par les journalistes de Zone interdite", dit-elle. Je dénonce les mensonges, la malhonnêteté et l'acharnement des journalistes. Ils se sont malheureusement trompés de personne, ils ont tenté de porter atteinte à mon intégrité et c'est ... est une zone interdite".

Et d'indiquer que sa plainte "est en cours" avec "[son] avocat" Me Jean-Christophe Basson-Larbi, connu notamment pour avoir défendu le motard placé en garde à vue dans la terrible affaire de la tuerie de Chevaline. Enfin, Lila Bouziane a demandé à ses presque 12.000 followers sur les réseaux sociaux de signaler, comme elle, l'émission au CSA. Pour l'instant, ni la production, ni M6, ni Ophélie Meunier, l'animatrice de Zone interdite, n'ont réagi publiquement.