Le "Quotidien" : Maïa Mazaurette "pas assez jolie" : ses débuts "un peu humiliants".

Le "Quotidien" : Maïa Mazaurette "pas assez jolie" : ses débuts "un peu humiliants".

Maïa Mazaurette s'est rendue dans les locaux de "TV Mag" le lundi 7 mars 2022 afin de réaliser une interview pour l'émission "Buzz TV". A cette occasion, la chroniqueuse de "Quotidien" a évoqué ses débuts difficiles dans le monde de la télévision.

Lundi 7 mars 2022, Maïa Mazaurette était sur le plateau du Buzz TV de TV Mag pour promouvoir son documentaire Désir, ce que veulent les femmes, qui sera diffusé mardi sur TMC. La chroniqueuse de Quotidien s'est notamment souvenue de ses débuts dans le métier, qui n'ont pas été faciles.

Elle est l'une des plus grandes spécialistes de la sexualité en France. Yann Barthès a donc souhaité l'intégrer à son équipe dans son émission de TMC, Quotidien. Maïa Mazaurette a également le plaisir de travailler comme chroniqueuse pour le journal Le Monde et dans l'émission de France Inter Grand bien vous faire. Bien qu'elle soit aujourd'hui sous les feux de la rampe, cette femme de 43 ans, auteur de plusieurs livres, a longtemps évolué dans l'ombre malgré elle. En effet, à ses débuts, on lui a mis des bâtons dans les roues car elle était considérée comme "pas assez jolie" pour l'antenne.

"Quand j'ai commencé, on m'a souvent dit que je n'étais pas assez jolie pour faire ce métier", a-t-elle expliqué. On lui a expliqué que, vu le sujet dont elle parlait, les gens devaient la désirer. Mais Maïa Mazaurette était tout de même demandée, car son style d'écriture était très apprécié. "On m'a demandé d'écrire des textes pour des filles plus jolies que moi. Et de les faire répéter aussi. C'était un peu humiliant", a-t-elle regretté auprès de TV Mag. La demande venait de patrons de presse pour des émissions pilotes. On lui a également fait savoir qu'elle n'était "pas assez bonne" pour passer à la télévision.

Heureusement, Maïa Mazaurette a depuis rendu la pareille, puisqu'elle fait le buzz dans l'émission de Yann Barthès avec sa chronique sur la sexualité à la télévision. En février dernier, elle avait toutefois fait parler d'elle à cause d'un appel à l'aide lancé dans l'émission. La chroniqueuse avait expliqué que son papa Olivier, atteint de la maladie d'Alzheimer, avait été porté disparu. "Il est porté disparu depuis maintenant cinq heures à Berlin (arrondissement de Mitte). Il porte une sorte de blouson bombardier bordeaux. La police et l'ambassade ont été prévenues. Il n'a pas d'argent, pas de papiers et pas de téléphone. (...) Si vous le voyez, veuillez me contacter (ou appeler la police)", avait-elle dit. Heureusement, il a été retrouvé, comme elle l'avait annoncé le lendemain.