Lia Thomas : la nageuse transgenre de 22 ans qui suscite la controverse s'exprime

Lia Thomas : la nageuse transgenre de 22 ans qui suscite la controverse s'exprime

Lia Thomas, qui est née garçon, participe aux championnats universitaires américains et ses performances font le bonheur de son université en Pennsylvanie. Néanmoins, sa performance fait parler d'elle dans le milieu de la natation.

Lia Thomas, 22 ans, vient de faire une entrée remarquée dans le monde de la natation américaine. Cette jeune femme transgenre de 22 ans concourt pour l'université de Pennsylvanie dans les épreuves académiques féminines. Sauf qu'il y a encore deux ans, Lia s'appelait Will et participait alors aux compétitions de natation masculine pour son université. Ce n'est qu'en 2019 que Lia a pris la décision de changer de sexe. "J'ai réalisé que j'étais trans à l'été 2018. Il y avait beaucoup d'incertitudes, on est dans un domaine très conservateur, je ne savais pas ce que je pouvais faire, si je pouvais continuer à nager", raconte-t-elle en des termes repris par Le Parisien.

Face à une situation qu'elle ne pouvait plus accepter, Lia Thomas a enduré la saison 2018-2019 avant de décider de changer de sexe. "Je me sentais très mal à l'aise, j'avais l'impression d'être prisonnière de mon corps. Je n'étais pas en accord avec moi-même. J'ai donc décidé qu'il était temps de commencer ma transition", raconte-t-elle. Commence alors pour la nageuse une période d'attente, car le règlement de l'université stipule que l'on ne peut participer à des compétitions féminines qu'après avoir suivi un traitement d'un an pour supprimer la testostérone. À son retour, Lia écrase ses adversaires, enchaîne les premières places et bat de nombreux records.

Chacun devrait pouvoir concourir dans la catégorie dans laquelle il se sent le plus à l'aise, sauf s'il est prouvé qu'il y a un avantage déloyal.

Une situation qui ne plaît pas à tout le monde, notamment à leurs camarades de vestiaire qui crient à "l'injustice" et témoignent de leur "arrogance". Des parents d'athlètes ont même envoyé une lettre à l'université ainsi qu'à la NCAA (National Collegiate Athletic Association), qui régit les compétitions, afin d'interdire à Lia de participer à des compétitions féminines. Face à la controverse, le jeune athlète transgenre adopte une position claire : "Chaque sport doit établir ses propres critères pour cela, ce qui constitue un avantage injuste. Chacun devrait pouvoir concourir dans la catégorie dans laquelle il se sent le plus à l'aise, sauf s'il est prouvé qu'il y a un avantage déloyal".

L'article complet du Parisien est disponible sur leur site web.