Magali Berdah "face à une violence extrême" : Ses filles doivent être placées sous protection

Magali Berdah "face à une violence extrême" : Ses filles doivent être placées sous protection

Magali Berdah, qui est sur tous les fronts et travaille toujours, en oublierait presque qu'en plus de sa carrière, elle a aussi un rôle de mère. La femme d'affaires a en effet trois filles qui peuvent souffrir de sa notoriété et qu'il faut constamment protéger de l'attention du grand public.

Depuis quelque temps, Magali Berdah s'est fait un nom dans le secteur audiovisuel. Véritable influenceuse grâce à son agence Shauna Events, elle se tourne désormais vers l'animation sur YouTube, où elle traite même de sujets politiques. Impossible donc de passer à côté du phénomène Magali Berdah. Mais une telle présence dans les médias a ses limites. Magali Berdah doit notamment accepter d'être la cible de critiques virulentes, voire de messages menaçants.

"Oui bien sûr, c'est normal. C'est triste à dire, mais c'est normal, parce que quand on vit sur les réseaux sociaux, quand on monte un business, une économie, on est critiqué. Quand on est une femme et aussi une mère, quand on a une certaine vie, ça pause des problèmes. Et comme c'est anonyme sur les réseaux sociaux, on est exposé à une violence extrême et à des menaces, mais c'est comme ça, ça fait partie de ma vie maintenant", a-t-elle raconté à Jordan de Luxe dans son émission L'Instant De Luxe 2.0 en collaboration avec Allo People.

Si Magali Berdah est tout à fait capable de gérer les conséquences de sa notoriété, elle est beaucoup plus inquiète lorsqu'il s'agit de ses trois filles Shauna, Victoria et Shelly (nées d'une précédente relation). L'une d'entre elles, l'aînée de 14 ans, a par exemple été si souvent harcelée qu'elle a fini par être retirée de son école. Magali Berdah a donc pris une grande décision pour protéger ses enfants à tout moment. "Nous avons des agents de sécurité", a-t-elle révélé. Lorsque le présentateur lui a demandé si ces agents l'accompagneraient toute l'année et 24 heures sur 24, Magali Berdah a hoché la tête pour confirmer.

Selon elle, cette mesure est nécessaire en France, où l'insécurité est plus grande qu'à Dubaï, où elle avait un temps envisagé de s'installer. "J'ai choisi de rester en France parce qu'après tout ce qui s'est passé l'année dernière (le meurtre de sa belle-sœur, ndlr), on s'est dit qu'on ne pouvait pas quitter le pays. Nous n'avions plus l'impression d'être loin. Mais si on reste ici, il y a aussi le problème de la sécurité, car à Dubaï, c'est hypersécurisé", a-t-elle souligné.