Marine Le Pen et Sandrine Rousseau en colère : Leurs maisons saccagées par des pro-Zemmour

Marine Le Pen et Sandrine Rousseau en colère : Leurs maisons saccagées par des pro-Zemmour

La campagne pour les élections présidentielles de 2022 continue d'être affectée par des débordements injustifiables qui émanent régulièrement du clan d'Eric Zemmour. Après son premier meeting, marqué par des violences physiques entre ses soutiens et des manifestants antiracistes, ses partisans s'en sont pris aux maisons de deux opposantes.

La candidature d'Eric Zemmour à l'élection présidentielle de 2022 a fait déraper une partie de ses soutiens ! Des violences lors de son meeting à Villepinte, une vidéo choquante de militants simulant des tirs sur le président Macron et des députés de La France Insoumise, et maintenant des actes de vandalisme chez des opposantes !

Ainsi, Sandrine Rousseau, candidate malheureuse à la primaire écologiste, a annoncé que sa maison avait été prise pour cible par des partisans d'Éric Zemmour. La façade et la porte d'entrée de son domicile auraient été endommagées dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 décembre. Sur Twitter, celle qui a perdu face à Yannick Jadot mais qui préside son conseil politique en vue de la prochaine élection a écrit : "Cette nuit, des militants de Zemmour ont tambouriné et collé des tracts sur ma porte. Un pas de plus a été franchi dans le déni de démocratie. Ces intimidations décuplent mon énergie pour porter des discours écologistes, sociaux, féministes et antiracistes. J'ai déposé plainte".

La plainte a été déposée mercredi au commissariat de La Rochelle et concerne une "dégradation" de son domicile à Lille. Des "autocollants" du mouvement Reconquête d'Eric Zemmour ont été apposés sur la porte d'entrée de son appartement ainsi que sur la façade de l'immeuble. Des sacs poubelles ont également été volontairement dispersés devant son appartement. "C'est de l'intimidation. À ce moment-là, je n'étais pas dans la maison, mais mon conjoint était là. Heureusement que mes enfants n'étaient pas là", a-t-elle déclaré à France Info, choquée et en colère.

Elle n'est pas la seule à avoir subi ce sort. Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à la présidentielle - qui chasse sur les mêmes terres d'extrême droite qu'Eric Zemmour - a également vu sa maison des Yvelines prise pour cible. "Des tags appelant à voter pour Eric Zemmour ont été retrouvés sur la façade de la maison de la candidate à la présidentielle, ainsi que des affiches à son effigie. Selon Marianne, le rétroviseur de la voiture de Marine Le Pen a également été arraché. Les faits se seraient déroulés dans la nuit de mercredi à jeudi", a rapporté Le Parisien. Cette dernière a déposé plainte jeudi 23.