Mort du judoka Antoine Seguin (35) : partenaire sexuel incarcéré et maintenu en détention

Mort du judoka Antoine Seguin (35) : partenaire sexuel incarcéré et maintenu en détention

La mort du judoka Antoine Seguin, découvert pendu dans un bois des Yvelines en octobre dernier, n'est toujours pas élucidée. Un jeune homme de 26 ans a été mis en examen le 9 février dernier et sa demande de remise en liberté a été rejetée vendredi dernier.

C'est une bien triste histoire que celle d'Antoine Seguin, retrouvé mort à l'âge de 35 ans seulement. Le jeune homme, président du club de judo de Suresnes, a été retrouvé mort le 30 octobre par une promeneuse dans la forêt de Sainte-Apolline à Plaisir (Yvelines). Ses proches s'inquiétaient depuis plusieurs jours de sa disparition. L'homme, âgé de 35 ans, a été retrouvé dans un fourré, allongé sur le dos à même le sol, dans un lieu connu pour être un lieu de rencontre entre hommes. L'homme a été retrouvé avec une corde autour du cou, attachée à un arbre. L'autopsie a révélé qu'il était mort par asphyxie, sans qu'aucune autre forme de violence n'ait été trouvée.

Après une expertise toxicologique, les médecins légistes découvrent qu'Antoine Seguin avait consommé de la drogue le soir du drame. Outre son activité de sportif, le jeune homme était également cadre dans une banque, mais les enquêteurs s'intéressent à sa vie sexuelle. Ils découvrent dans son appartement de nombreux accessoires tels que des cages et des vêtements en cuir et constatent qu'il aimait les jeux sexuels sadomasochistes. Dans son téléphone, ils trouvent le contact d'un jeune homme qu'ils avaient contacté via l'application de rencontres gays Grindr et décident de l'arrêter le 9 février.

L'homme passe aux aveux, tout en clamant son innocence.

Depuis sa mise en examen à Versailles (Yvelines), le suspect de 26 ans a été incarcéré pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner et non-assistance à personne en danger". Selon les informations du journal Le Parisien, l'enquête estime que le décès est survenu après un jeu sexuel qui s'est mal terminé. Jusqu'à présent, le jeune homme clame son innocence, même s'il est passé aux aveux et indique qu'il se trouvait effectivement dans les bois avec Antoine Seguin au moment des faits. Après l'avoir ligoté, il est retourné à sa voiture pour prendre un paquet de cigarettes avant de voir une autre voiture garée sur le parking. Il a alors décidé de se cacher pendant une heure. Lorsqu'il est revenu vers le président du club de judo, toujours ligoté, celui-ci était mort et il a décidé de s'enfuir.

L'affaire était très complexe pour la justice et vendredi dernier, le jeune homme détenu s'est vu refuser sa remise en liberté devant la chambre d'instruction. L'avocate générale a expliqué qu'une expertise psychologique devait être réalisée afin d'en savoir plus sur la personnalité du jeune homme de 26 ans, actuellement toujours en prison.