"Nous avons essayé d'avoir un autre enfant" : la mère de Maëlys révèle deux fausses couches

"Nous avons essayé d'avoir un autre enfant" : la mère de Maëlys révèle deux fausses couches

"Nous n'avons pas traversé les étapes du deuil en même temps, nous n'étions pas alignés...". A quelques jours de l'ouverture du procès de Nordahl Lelandais, le meurtrier présumé de sa fille Maëlys, Jennifer de Araujo a décidé de prendre elle-même la parole dans une interview accordée au Parisien. Elle y évoque le drame qui a bouleversé toute sa vie et notamment son couple, puisqu'elle avait tenté d'avoir d'autres enfants avec le père de ses filles, Joachim.

" J'ai fait deux fausses couches en 2018 et 2019... " Alors que le procès de Nordahl Lelandais s'ouvre le 31 janvier devant la cour d'assises de l'Isère, Jennifer de Araujo révèle dans son livre Maëlys, du nom de sa fille de 8 ans, enlevée et tuée en août 2017, combien il est difficile de se remettre du drame qui a bouleversé sa vie.

À l'époque, toute la famille se rend au mariage d'un cousin, auquel Nordahl Lelandais participe sans y avoir été vraiment invité. La petite fille discute avec lui, puis disparaît et n'est pas retrouvée vivante malgré des fouilles intensives. Les soupçons se sont rapidement portés sur l'homme solitaire qui était venu seul, mais il a fallu plusieurs mois pour que des preuves apparaissent enfin et qu'il soit inculpé.

Aujourd'hui, il attend de connaître sa peine. Jennifer de Araujo, qui ne l'appelle jamais par son prénom, attend de son côté d'apprendre des détails, de comprendre ce qu'il n'a jamais révélé. Mais elle n'attend plus grand-chose de lui, qui n'a jamais beaucoup parlé, et préfère se concentrer sur son clan, qui a tant souffert ces quatre dernières années.

Le mariage avec Joachim, le père de Maëlys, a entre-temps été dissous. "Le climat était devenu trop lourd, trop pesant. Nous étions tellement tristes ! Nous ne traversions pas les phases de deuil en même temps, nous n'étions pas coordonnés", a-t-elle expliqué. Elle avait d'abord subi deux fausses couches en 2018 et 2019 avant de prendre la décision de partir.

Un coup dur encore plus dur pour les parents déjà en deuil : les deux bébés auraient dû naître en novembre, comme la défunte Maëlys. Leur mère a décidé de partir pour reprendre son souffle et essayer d'aller de l'avant en soutenant sa fille aînée, Colleen, 17 ans.

"Cela nous a encore plus éloignés les uns des autres, nous avions l'impression de n'attirer que la mort autour de nous. J'ai donc décidé de partir. Je m'en voulais pour Colleen et Maëlys, mais j'étouffais. C'était une question de survie". Aujourd'hui, malgré le divorce, la famille est soudée et se présentera unie au procès pour tenter d'obtenir des réponses sur les derniers moments de la petite fille, enterrée en Isère. Le livre de la mère, intitulé Maëlys, est une dernière lettre d'amour à sa fille.