"On a trouvé plus fort que Nelson Monfort" : qui est le journaliste qui parle couramment six langues ?

"On a trouvé plus fort que Nelson Monfort" : qui est le journaliste qui parle couramment six langues ?

La crise ukrainienne est complexe, mais elle l'est encore plus si l'on imagine devoir la couvrir en six langues différentes. Philip Crowther, un journaliste de 40 ans respecté par l'ensemble de la profession, le fait pourtant sans difficulté. Actuellement, il fait sensation avec ses articles pour différents médias internationaux.

Les médias du monde entier couvrent l'actualité : la crise entre la Russie et l'Ukraine à son apogée. Les caméras et les micros de tous les pays tentent de comprendre la situation extrêmement tendue entre le pays dirigé par Vladimir Poutine et celui dirigé par Volodymyr Selenskij. Les images de journalistes se succèdent sur les chaînes internationales, mais un visage s'est particulièrement distingué ces derniers temps : celui de Philip Crowther. Ce quadragénaire suscite l'admiration par sa capacité à couvrir la crise ukrainienne en six langues ! Pour les téléspectateurs français, il a donné ses explications pour LCI avec un léger accent indéfinissable et irrésistible. La présentatrice et journaliste Emilie Tran Nguyen a écrit sur Twitter : "Nous avons trouvé plus fort que Nelson Monfort > Philip Crowther parle de la crise ukrainienne en 6 langues".

Philip Crowther est né au Luxembourg en 1981 d'un père britannique et d'une mère allemande. Il a appris l'espagnol et le portugais à l'université et a étudié au King's College de Londres, où il a obtenu un diplôme en études hispaniques. Au total, en tant que locuteur natif, il maîtrise trois langues (anglais, allemand et luxembourgeois) et parle couramment l'espagnol, le portugais et le français.

Correspondant de la Maison Blanche pour France 24, correspondant international pour Associated Press et membre de la White House Correspondents Association, Philip Crowther a un CV bien rempli. Comme il n'a pas peur de l'action, il était présent le 25 mai 2021, premier anniversaire de l'assassinat de George Floyd, lorsque les coups de feu ont été tirés, et on le voit maintenant couvrir l'événement depuis Kiev, la capitale de l'Ukraine.

Ses collègues et confrères louent ses compétences. Charlie Haynes de la BBC a écrit sur Twitter : "C'est tellement génial de pouvoir faire des reportages dans six langues différentes. Je rêve d'être aussi talentueux". De son côté, le reporter James Lansdale a ajouté : "C'est impressionnant, je trouve que c'est parfois déjà assez difficile de se faire comprendre dans une seule langue, alors 6...".