Patrice Évra n'est pas le bienvenu dans ses anciens quartiers ? "J'ai failli perdre un œil''.

Patrice Évra n'est pas le bienvenu dans ses anciens quartiers ? "J'ai failli perdre un œil''.

Dans un long entretien accordé au Parisien, Patrice Évra est longuement revenu sur sa carrière, mais aussi sur sa jeunesse aux Ulis. Une ville où il est déjà revenu, mais où les choses ne se sont pas forcément bien passées...

Il est ce que l'on appelle communément une personnalité atypique, qui ne laisse que peu de gens indifférents. À 40 ans, Patrice Évra restera dans les mémoires non seulement comme un footballeur hors pair, mais aussi comme un homme excentrique, capable de toutes les folies, comme il le montre régulièrement sur son compte Instagram. A la retraite, l'ancien joueur de l'équipe nationale profite de sa famille, mais il vient surtout de publier son autobiographie I Love This Game. Il y parle de son parcours et de sa jeunesse, marquée par des agressions sexuelles. Un témoignage courageux et sans concession sur lequel il est revenu récemment dans les médias français.

Invité par le journal Le Parisien à répondre aux questions des lecteurs, Patrice Évra a une nouvelle fois fait preuve d'une franchise rare pour une personnalité aussi populaire. Quand l'un des lecteurs a évoqué son rapport à la banlieue, puisqu'il a grandi aux Ulis, la réponse ne s'est pas fait attendre. "C'est difficile, parce que même si tu réussis, tu retournes dans le quartier et tu es vu comme un étranger. Tous ces copains qui disaient toujours : 'C'est la famille'. Ce n'est pas vrai, tu deviens un ennemi", dit-il d'emblée avant de faire une déclaration surprenante : "J'ai failli perdre un œil parce que je suis revenu et que quelqu'un a parlé de moi".

On m'a dit que j'étais en train de parler.

Une anecdote qu'il avait jusque-là passée sous silence, mais qui montre la relation compliquée entre Patrice Évra et son ancien quartier. "J'étais content, je revenais même avec le costume du club pour voir mes potes qui étaient en baggy. On disait de moi que j'étais un peu casse-couilles", regrette-t-il aujourd'hui.

Même si tout n'est pas rose, le compagnon de Margaux Alexandra prévoit tout de même de faire quelque chose pour Les Ulis. "Quand on sort de là, il faut montrer l'exemple et essayer d'aider les gens. Quand je reviendrai en France, j'essaierai de faire quelque chose pour mon quartier", conclut-il.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partage par Patrice Evra (@patrice.evra)

L'interview complète de Patrice Évra est disponible sur le site du Parisien.