Philippe Boutron grièvement blessé sur le Dakar : enfin une bonne nouvelle pour la famille

Philippe Boutron grièvement blessé sur le Dakar : enfin une bonne nouvelle pour la famille

Philippe Boutron, très grièvement blessé par l'explosion de son véhicule, est sorti du coma artificiel dans lequel il avait été plongé. Son fils a donné de ses nouvelles à RMC.

C'est l'un des drames de ce début d'année dans le monde du sport. Alors que le Rallye Dakar n'avait pas encore commencé, Philippe Boutron a été victime d'un terrible et très suspect accident alors qu'il était au volant d'un véhicule d'assistance. Accompagné de cinq autres personnes, heureusement toutes indemnes, l'homme d'affaires de 61 ans a été blessé principalement aux jambes. Grièvement blessé, il a été transporté de Djeddah, en Arabie saoudite, où il se trouvait, à l'hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine). Le président du club de football de l'US Orléans a été plongé dans un coma artificiel afin de lui éviter de souffrir davantage.

Le fils de Philippe Boutron, invité jeudi matin sur RMC, a rappelé que son père était "gravement blessé", mais a également fait savoir qu'il était "sorti du coma". Une bonne nouvelle quand on sait que le pilote, qui participait à son neuvième Rallye Dakar, devra probablement être amputé des deux jambes. Benoît, son fils, est loin d'être défaitiste et se tient au chevet de son père depuis lundi. "La chance que nous avons, mes proches et moi, c'est que nous pouvons lui rendre visite tous les jours. Il a de graves blessures aux deux jambes et dans une dizaine de jours, nous en saurons plus. Nous avons pu le voir, nous pouvons échanger des informations, pour l'instant cela reste limité", raconte-t-il.

La convalescence prend du temps, mais les choses avancent lentement.

Si Benoit Boutron affirme que "la convalescence prend du temps, mais les choses avancent lentement", il espère en même temps que justice sera rendue dans cette affaire. Pour rappel, le service national de lutte contre le terrorisme va ouvrir une enquête pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". "La crainte que nous avons, c'est que les choses n'avancent pas assez vite et nous voulons vraiment qu'il y ait des responsables qui soient désignés", espère-t-il désormais.