Princesse Haya de Jordanie : son ex-mari condamné à payer une somme record

Princesse Haya de Jordanie : son ex-mari condamné à payer une somme record

Les divorces de célébrités peuvent coûter cher. Le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum en a fait l'expérience. Il vient d'être condamné à verser plusieurs centaines de millions d'euros à son ex-femme et à leurs deux enfants, deux ans après qu'ils ont fui Dubaï.

Kim Kardashian et Kanye West, Angelina Jolie et Brad Pitt... Les divorces des stars fascinent ! Aucun n'a coûté aussi cher que le divorce de la princesse Haya de Jordanie et de Mohammed bin Rached al-Maktoum. Le souverain de Dubaï a été condamné à verser une somme record à son ex-femme.

640 millions d'euros ! C'est la somme que Mohammed ben Rached al-Maktoum devra verser à la princesse Haya de Jordanie et à ses deux enfants Jalila et Zayed (14 et 9 ans). Environ 300 millions d'euros seront versés à la princesse. Le reste, soit plus de 340 millions d'euros, couvrira la pension alimentaire des enfants et les frais liés à leur sécurité.

"Compte tenu de leur statut et de la menace générale de terrorisme et d'enlèvement à laquelle ils sont exposés dans de telles circonstances, (les enfants du souverain) sont particulièrement vulnérables et ont besoin de mesures de sécurité renforcées pour assurer leur sécurité dans ce pays", a déclaré le juge Moor, en charge de l'affaire, qui a été jugée par le tribunal de la famille de Londres. La principale menace à laquelle ils sont confrontés provient du (souverain) lui-même et non de sources extérieures".

Un porte-parole de Mohammed bin Rashid al-Maktoum a déclaré que l'émir avait "toujours veillé à ce que ses enfants soient en sécurité". Le tribunal a maintenant pris sa décision sur l'aspect financier et il n'a pas l'intention de s'exprimer davantage".

Je me fiche que vous soyez mort ou vivant.

Le jugement rendu mardi 21 décembre 2021 est pour l'instant le dernier épisode d'une saga sur le divorce des ex-époux qui avait débuté en juin 2019. À l'époque, la princesse Haya, demi-sœur du roi Abdallah II de Jordanie, avait fui les Émirats arabes unis avec ses deux enfants pour se réfugier au Royaume-Uni, où elle avait entamé une procédure de divorce. Avec 40 millions d'euros en poche, la mère et les enfants se sont installés dans leur luxueuse propriété dans les jardins du palais de Kensington à Londres.

"Tu as trahi la confiance la plus précieuse, tu ne prends plus de place pour moi, je me fiche que tu sois mort ou vivant", a écrit Mohammed bin Rached al-Maktoum sur les réseaux sociaux le 22 juin 2019. En octobre 2021, la justice britannique a affirmé que le cheikh avait autorisé l'utilisation du logiciel espion Pegasus pour pirater les téléphones de son ex-femme, de ses avocats, de son assistant personnel et de deux membres de son équipe de sécurité. Les incidents remontent au mois d'août 2020.

Soupçonnée d'avoir eu une liaison extraconjugale avec un garde du corps, la princesse Haya a déclaré craindre pour sa vie après que le cheikh a orchestré l'enlèvement de ses deux filles, les princesses Shamsa et Latifa, nées de précédents mariages. La première avait tenté d'échapper à son père en 2000 lors de vacances en Angleterre. Elle avait été retrouvée au bout de deux mois "droguée", emmenée en hélicoptère puis en avion à Dubaï et "enfermée", selon l'AFP. Son enlèvement avait eu lieu à Cambridge et avait été rendu possible par "deux injections et une poignée de comprimés".

La seconde avait annoncé dans une vidéo mise en ligne sur YouTube son intention de fuir son pays en 2018. La princesse Latifa a assuré qu'après une première tentative d'évasion en 2002, elle avait été "torturée" par son père et "emprisonnée pendant trois ans".