Procès de Nordahl Lelandais : cette trace d'ADN a tout changé dans l'affaire...

Procès de Nordahl Lelandais : cette trace d'ADN a tout changé dans l'affaire...

Nordahl Lelandais, accusé de l'enlèvement, de la séquestration et de l'assassinat de la petite Maëlys de Araujo, comparaît à partir de lundi 31 janvier devant la cour d'assises de l'Isère. L'homme, mystérieux et ténébreux, avait longtemps nié toute implication dans la disparition de la petite fille. Mais une trace d'ADN a tout changé dans cette affaire ...

Nordahl Lelandais va-t-il enfin avouer toute la vérité ? Depuis ses révélations, il y a près de trois ans, sur le meurtre (accidentel selon lui) de Maëlys, il a changé plusieurs fois de version devant la police. Mais la question qui se pose à quelques heures de l'ouverture de son procès est la suivante : Aurait-il reconnu sa culpabilité si les enquêteurs n'avaient pas trouvé une infime trace de l'ADN de la petite fille dans sa voiture ? Rien n'est moins sûr !

En août 2017, il revient à Pont-de-Beauvoisin. Sans y être vraiment invité, il assiste au mariage d'un cousin de Jennifer de Araujo, la mère de Maëlys. Il est connu dans le village comme un homme froid, sombre et mystérieux, qui peut notamment se procurer de la drogue et qui est impliqué dans des histoires louches.

Le soir, il discute avec la jeune fille, lui parle de ses chiens et lui montre les animaux en photo sur son téléphone portable. Sa mère est intriguée, se pose des questions, le trouve étrange, mais ne pense pas au pire. Malheureusement, elle ne la reverra plus après cet épisode. Malgré des recherches intensives, Maëlys a disparu et les soupçons se portent rapidement sur Nordahl Lelandais.

Cependant, la police n'a aucune preuve et il nie tout en bloc. Les caméras de surveillance reconnaissent une voiture comme la sienne, mais ne sont pas assez précises et il a lavé son Audi A3 à grande eau le lendemain de son mariage. Un acte qui pousse les juges à poursuivre l'enquête, et c'est finalement la science qui parle : une minuscule trace de sang est retrouvée dans le coffre. L'ADN est clairement celui de Maëlys.

L'homme avoue partiellement, parle d'un accident et change plusieurs fois de version, notamment lorsque les policiers parviennent à trouver une photo de bonne qualité de sa voiture avec la petite passagère en robe blanche. Cependant, il faut savoir que cette trace d'ADN qui a tant changé les choses est due à une avancée scientifique majeure que tout le monde maîtrise aujourd'hui : la PCR !

Si elle est aujourd'hui utilisée pour les tests Covid-19, elle sert surtout à obtenir des informations à partir d'une surface minuscule et à l'amplifier pour en tirer des résultats. C'est ainsi que la police a réussi à découvrir que la petite Maëlys était effectivement montée dans la voiture du meurtrier.

Va-t-il enfin parler lors du procès ? Jennifer, la mère de Maëlys, a en tout cas décidé de ne plus l'appeler par son prénom. Elle attend des réponses "sur ce qui s'est réellement passé, car depuis le début, il nous donne différentes versions sur la façon dont il a tué ma fille, et j'attends qu'il dise enfin la vérité et surtout qu'il reste en prison le plus longtemps possible".

Joachim, le père, partage ce point de vue et espère une "condamnation à la hauteur de ce qu'il a fait à (sa) fille".