Procès Nordahl Lelandais : ce surnom que lui donne la mère de Maëlys...

Procès Nordahl Lelandais : ce surnom que lui donne la mère de Maëlys...

Le procès s'ouvre, elle espère des réponses ! Jennifer de Araujo, la mère de la petite Maëlys, assassinée en août 2017 alors qu'elle assistait à un mariage, va être confrontée pour la première fois à l'assassin de sa fille, Nordahl Lelandais, qu'elle ne peut toujours pas appeler par son prénom.

"L'Autre", "Le T-shirt bleu" ... Ne cherchez pas le prénom de Nordahl Lelandais dans le témoignage ou le livre de Jennifer de Araujo, vous ne le trouverez pas. La mère de la petite Maëlys ne le prononce jamais, ni dans les interviews, ni dans son témoignage intitulé Maëlys, paru en début de semaine dernière aux éditions Robert Laffont.

Dans ce livre, qu'elle adresse à sa fille comme une lettre d'amour, elle raconte son histoire, celle d'une mère qui n'a pas réussi à protéger son enfant d'un tueur, d'un prédateur, et dont la vie a complètement explosé suite au drame. Mais si Nordahl Lelandais a reconnu le meurtre (accidentel selon lui) de la petite fille, elle refuse de le mentionner autrement que par un surnom.

Invitée dans C à vous le 25 janvier, elle a expliqué cette décision à Anne-Elisabeth Lemoine, estimant qu'il "ne méritait rien d'autre que ce surnom". Dans son livre, elle évoque également le fait qu'il est "insupportable de le voir apparaître sur les écrans des chaînes d'information, de voir son portrait à côté de celui de Maëlys".

La mère de Maëlys, qui a expliqué la semaine dernière au Parisien qu'elle avait fait deux fausses couches depuis le meurtre de sa plus jeune fille, attend des réponses de ce procès. Que cet homme si mystérieux dise pour la première fois la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit d'été.

"J'attends des réponses sur ce qui s'est réellement passé, parce que depuis le début, il nous a donné différentes versions de la façon dont il a tué ma fille, et j'attends qu'il dise enfin la vérité et surtout qu'il reste en prison le plus longtemps possible", explique-t-elle.

Lors du procès, elle redoute certes la confrontation avec "l'autre", mais elle sait qu'elle sera bien entourée : Son ex-mari Joachim, sa fille aînée Colleen et plusieurs membres de sa famille seront présents. Pour le père de la petite Maëlys, les choses sont également très difficiles. Séparé de sa femme depuis plusieurs mois, il attend une condamnation "à la hauteur de ce qu'il a fait à [sa] fille".

Convaincu que sa fille a été victime d'une agression sexuelle, il a confié au Parisien qu'il ne croyait pas "à une mort accidentelle de ma fille, comme il le dit". Il ne croit pas non plus à une simple promenade nocturne pour voir comment vont ses chiens. On n'enlève pas un enfant à 3 heures du matin pour une promenade ou la visite d'un animal. Il savait très bien ce qu'il allait faire. C'était prémédité". Il le dit et le répète, pour lui "Lelandais est un monstre".

Le procès qui déterminera la peine de Nordahl Lelandais s'ouvrira lundi 31 janvier à la Cour d'Assises de l'Isère. Le jugement sera rendu le 18 février.