Sylvie Noachovitch en pleine prise d'otages : l'avocate de Ca peut vous arriver raconte

Sylvie Noachovitch en pleine prise d'otages : l'avocate de Ca peut vous arriver raconte

Sylvie Noachovitch a été au centre d'une prise d'otages. L'avocate, que l'on peut voir dans "Ca peut vous arriver" sur M6, est revenue sur cette histoire dans une interview accordée au magazine "Télé Star".

Elle est fidèle à Julien Courbet depuis 2003. Avocate, Sylvie Noachovitch a travaillé à ses côtés dans Sans aucun doute, Faut pas abuser ou C'est que de la télé ! Ils collaborent actuellement dans le programme de M6 Ca peut vous arriver. Elle a également été au centre d'affaires très médiatisées, une notoriété qui l'a conduite à être récemment impliquée dans une prise d'otages.

Le 20 décembre, à 15h30, un homme a pris en otage deux femmes (une mère et sa fille) dans leur magasin de la rue d'Aligre, dans le 12e arrondissement de Paris. Il avait demandé l'aide de Sylvie Noachovitch en assurant qu'il avait été victime d'une erreur médicale. Une histoire sur laquelle l'avocate est revenue pour Télé Star (édition du 3 janvier 2022). "Je n'aurais jamais imaginé que ma notoriété me servirait un jour de cette manière. Cet homme, qui avait retenu deux femmes, souffrait énormément et était persuadé d'avoir été empoisonné par son médecin. Je l'ai d'abord rassuré au téléphone jusqu'à ce qu'il raccroche", a-t-elle déclaré.

Elle avait déjà évoqué cette situation dans une interview accordée à Ouest France. Elle avait alors appris que l'homme souffrait de troubles psychiques. Après avoir appris ce qui se passait, l'avocate d'Omar Raddad a "essayé de le raisonner" avant qu'il ne libère la mère dans la soirée (la fille a été libérée le lendemain). L'homme a menacé de tuer les otages si elle ne l'aidait pas, mais elle n'a pas senti qu'il en était capable. Comme la situation était malgré tout très délicate, elle a pris le temps de "parler un bon moment" avec l'auteur des faits. "Il m'a expliqué qu'il avait été victime d'une erreur médicale et qu'il voulait que je devienne son avocate pour poursuivre son médecin en justice. Il m'a dit qu'il me suivait depuis des années et qu'il avait confiance en moi. De mon côté, j'ai essayé de le ramener à la raison", s'est-elle souvenue.

L'homme était "très stressé" et continuait à menacer les otages. De plus, il tenait un discours "délirant". "Je lui ai demandé s'il connaissait ces femmes et si elles lui avaient fait du mal. Il a répondu 'non', ce à quoi je lui ai dit de les libérer. Je lui ai dit qu'il n'arriverait à rien s'il les retenait", a-t-elle poursuivi. Malgré ses efforts, Sylvie Noachovitch n'a pas réussi à le calmer. "Finalement, il m'a dit : 'Il n'y a rien à faire avec vous dans ces circonstances, je veux parler à Dupond-Moretti'", a-t-elle expliqué. Elle s'est néanmoins tenue à la disposition de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) si un autre échange avait été possible. Cela n'a pas été nécessaire et les deux femmes ont finalement été libérées.