"Un chien !" Jean Lassalle en roue libre : pourquoi a-t-il insulté un journaliste en direct ?

"Un chien !" Jean Lassalle en roue libre : pourquoi a-t-il insulté un journaliste en direct ?

Si Jean Lassalle aime cultiver son franc-parler et son côté "sans filtre", l'homme politique a littéralement perdu son sang-froid lors d'un direct télévisé en traitant un journaliste de "chien". Une scène qui s'est déroulée le soir du 6 avril 2022 sur France Info.

C'est ce qui s'appelle littéralement un pétage de plombs dans une émission en direct ! Il s'est produit sur France Info, le soir du 6 avril 2022, dans l'émission Votre instant politique, animée par Gilles Bornstein, avec le candidat à la présidentielle Jean Lassalle. La pression du premier tour, qui aura lieu le 10 avril, semblait si forte qu'elle a déstabilisé Lassalle, connu pour sa bonhomie brute, lors de l'émission en direct.

Le leader du mouvement Résistons ! n'a pas résisté à l'envie de lyncher en direct un journaliste qui avait visiblement rédigé une chronique qui lui déplaisait. Alors qu'il ne lui restait que quelques secondes pour défendre ses idées à la veille du premier tour, le député des Pyrénées-Atlantiques, âgé de 66 ans, a décidé de les mettre à profit pour traiter de "chien" l'éditorialiste politique de la même chaîne, Renaud Dély. Cette séquence choquante a été repérée par le site Allo People.

"Je veux simplement dire à Renaud Dély que je regrette profondément ce qu'il a écrit, même si c'est Franceinfo : c'est un chien !", s'est exclamé Jean Lassalle à l'antenne. "C'est un chien !", a-t-il répété. Des propos violents, directement condamnés par son interlocuteur Gilles Bornstein : "Non, vous ne pouvez pas dire ça !" Ce qui n'a pas apaisé son invité : "Il n'a pas le droit d'écrire ce qu'il a écrit. Et je le dis aussi à Jean Quatremer, ce n'est pas de la politique. (...) Comment cet homme me connaît-il pour porter des jugements aussi graves ? Ce n'est pas digne ! Ce n'est pas digne !" Si l'animateur ne savait pas de quoi il parlait, Jean Lassalle s'en moquait : "Mais il me comprendra, il me comprendra".

C'est l'éditorial politique de Renaud Dély, le matin du 6 avril sur France Info, qui a déclenché la colère de Jean Lassalle. Le journaliste le décrivait dans le titre de sa chronique comme un "conspirateur de terrain". La direction de France Info a condamné "avec la plus grande fermeté" les propos de l'homme politique sur Twitter.

"Les insultes n'ont en aucun cas leur place dans le débat public et ne sauraient intimider les journalistes et les éditorialistes qui font leur travail", a écrit la direction de la chaîne, qui "en appelle au respect et au climat de sérénité que mérite le débat démocratique".

De son côté, Jean Lassalle a précisé sur Twitter, sans insultes cette fois, la raison de son agacement : "La raison de ce coup de sang ? Une chronique de trois minutes sur @franceinfo où l'énorme Renaud Dely, grand 'journaliste' militant de l'audiovisuel public, me traite de 'conspirateur de terrain' sans le moindre argument tangible pour étayer son propos".

Pour vous faire votre propre opinion, voici la chronique en question, en ligne, intitulée : "Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle, le complotiste des villes et le complotiste des champs" (Présidentielle : Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle, le complotiste des villes et le complotiste des champs).