Une équipe de football américain accusée de voyeurisme envers ses pom-pom girls : elles reçoivent une somme énorme !

Une équipe de football américain accusée de voyeurisme envers ses pom-pom girls : elles reçoivent une somme énorme !

Selon les informations d'ESPN, la franchise de football américain des Dallas Cowboys a été contrainte de verser une somme énorme à plusieurs pom-pom girls de son équipe. La raison en était l'ancien vice-président, accusé de voyeurisme.

Le média sportif américain ESPN rapporte une affaire très désagréable. Les Dallas Cowboys, l'une des franchises les plus populaires du football américain, sont impliqués dans une affaire particulièrement nauséabonde, comme le révèlent des documents en possession des journalistes du club. Le vice-président de l'organisation, un certain Rich Dalrymple, est accusé de voyeurisme envers les pom-pom girls de l'équipe basée au Texas.

Selon leurs informations, ce dernier, responsable des relations publiques et de la communication de l'équipe, était en possession d'une carte sécurisée qui lui permettait d'accéder aux vestiaires des pom-pom girls. Il l'aurait utilisée en 2015 pour accéder à la zone réservée aux jeunes femmes et aurait été vu "debout derrière un mur [...] en train de tourner et de tendre son iPhone dans leur direction pendant qu'elles se changeaient". Suite aux accusations portées contre Rich Dalrymple, les Dallas Cowboys auraient négocié avec quatre pom-pom girls afin de leur verser 400 000 dollars chacune, soit un total de 2,4 millions de dollars.

Une accusation de plus contre la vice-présidente de l'équipe.

Pour alourdir le cas de Rich Dalrymple, un témoin a affirmé l'avoir vu, la même année, photographier sous la jupe de Charlotte Jones Anderson, fille du propriétaire de l'équipe et vice-présidente des Cowboys. L'accusé a entièrement nié les faits qui lui étaient reprochés et a parlé de "fausses accusations". Pour les pom-pom girls, il a parlé d'un accident et pour la vice-présidente, d'une pure invention.

De son côté, la franchise de Dallas a mené une enquête et affirmé qu'elle n'avait pas trouvé de preuves solides contre Rich Dalrymple, mais que si tel avait été le cas, il aurait été immédiatement renvoyé de l'organisation. Entre-temps, l'homme, qui a passé 32 ans chez les Cowboys, a pris sa retraite début février.