Une joggeuse de 17 ans disparue : Lisa se souvient d'une attaque antérieure.... un autre mensonge ?

Les révélations s'accumulent au fil des jours dans l'affaire de la joggeuse de 17 ans qui a affirmé avoir été enlevée. Une précédente allégation faite par l'adolescente en 2019 vient de refaire surface....

Elle était accablée par son mensonge. Lisa, une adolescente vivant avec sa famille en Mayenne, a fait la une des journaux cette semaine avec l'histoire de son faux enlèvement, qui pourrait lui coûter cher. Alors qu'elle est jugée pour son mensonge, Le Parisien, dans son édition du samedi 13 novembre 2021, révèle une précédente agression que Lisa a racontée aux gendarmes et qui n'a également jamais été résolue.

Nos confrères précisent que la jeune fille a évoqué une "précédente agression" de 2019 lors de son audition. Elle a déclaré avoir été témoin d'une effraction à son domicile à Saint-Brice. En effet, elle avait alerté la gendarmerie en 2019, indiquant qu'elle était "seule à son domicile lorsqu'elle a été confrontée à des voleurs" qui l'avaient "bousculée" avant de prendre la fuite... sans rien voler sur place.

Une source du Parisien a déclaré que Lisa avait donné aux autorités un portrait-robot à l'époque "qui correspondait à la description physique d'un de ses amis du lycée". Selon le journal, le jeune homme a été acquitté de toutes les charges et l'affaire a été classée. Après les récents événements, les enquêteurs semblent se pencher à nouveau sur cette affaire ... et se demanderait même si ce n'est pas aussi une histoire inventée par Lisa.

Elle a admis avoir "menti" et "ne pas avoir été kidnappée".

C'est une nouvelle qui a tenu la France en haleine pendant plusieurs jours. Lundi 8 novembre 2021, une jeune fille de 17 ans de Mayenne (Pays de la Loire) a disparu dans la nature après avoir quitté la maison de ses parents pour aller faire son jogging. Le lendemain, 200 policiers ont été mobilisés pour la rechercher.

La jeune lycéenne a été retrouvée vivante mardi soir dans un restaurant de Sablé-sur-Sarthe, à une dizaine de kilomètres de la zone où elle avait fait son jogging. Le maire de la ville, Nicolas Leudière, s'est dit "très choqué".

Dans son premier rapport à la police, la jeune étudiante avait parlé d'un enlèvement par deux jeunes hommes qui l'avaient emmenée dans une camionnette verte, a indiqué le procureur. Vendredi, la situation a changé. La jeune fille a été à nouveau interrogée par les gendarmes, qui semblaient avoir de sérieux doutes sur sa version des faits, mais elle a reconnu avoir menti et ne pas avoir été enlevée.

"La jeune fille a dit qu'elle avait menti, qu'elle n'avait pas été enlevée et qu'elle avait (...) marché jusqu'à Sablé-sur-Sarthe", la ville où elle a été retrouvée dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué vendredi dans un communiqué la procureure de Laval, Céline Maigné. Elle s'est dite "désolée d'avoir provoqué une mobilisation aussi importante" et "sera poursuivie pour avoir dénoncé un crime imaginaire", a déclaré le magistrat.

Elle a également déclaré aux gendarmes que ses blessures étaient "d'origine accidentelle" et qu'elle avait "coupé son T-shirt avec des ciseaux".