Novak Djokovic a-t-il menti aux autorités australiennes ? Cette information qui pourrait tout changer

Novak Djokovic a-t-il menti aux autorités australiennes ? Cette information qui pourrait tout changer

Dans l'affaire qui oppose Novak Djokovic au gouvernement australien, il semble que toutes les informations transmises par le joueur sur son document de voyage ne soient pas conformes à la réalité. Une erreur qui pourrait lui coûter cher.

L'imbroglio autour de la participation de Novak Djokovic au prochain Open d'Australie se poursuit et bien malin celui qui pourrait dire aujourd'hui si le joueur de tennis de 34 ans sera effectivement présent au premier tour du tournoi du Grand Chelem. Le Serbe, qui refuse de se faire vacciner contre le coronavirus, est arrivé mardi à Melbourne avec une autorisation médicale exceptionnelle. Les douanes australiennes lui ont refusé l'entrée en raison d'un visa non conforme, provoquant un véritable tollé parmi les fans et les proches du numéro un mondial. Après avoir été retenu plusieurs jours dans un hôtel, il a finalement été libéré par le juge en charge de son dossier et peut désormais circuler en toute légalité sur le territoire australien.

Novak Djokovic semble donc plus ou moins tiré d'affaire, mais il se pourrait qu'il ne soit pas encore tout à fait tiré d'affaire. Son cas a attiré l'attention du public et chaque pas qu'il a fait ces dernières semaines est désormais examiné à la loupe. Et parmi les informations transmises à son arrivée en Australie, l'une d'entre elles semble poser problème. A la question "Avez-vous voyagé au cours des 14 derniers jours ?", qui figure sur le formulaire d'arrivée, il a été répondu "non", comme l'a rapporté la journaliste Karen Sweeney sur Twitter.

Le problème ? Novak Djokovic a effectivement voyagé au cours des deux dernières semaines, puisqu'il se trouvait en Espagne, à Marbella, quelques jours avant son départ. Il s'est entraîné à la Soto Tennis Academy et y est resté jusqu'au 4 janvier, comme le rapporte la presse australienne. Un problème de taille, car le formulaire stipule que "la fourniture d'informations fausses ou trompeuses constitue une infraction grave. Vous êtes passible d'une amende civile". Selon les informations de L'Équipe, le Serbe avait indiqué à son arrivée sur place que Tennis Australia avait pris soin de remplir le formulaire, ce qui ne change rien au fait que cette erreur pourrait causer de gros problèmes au joueur.

Détails de son interrogatoire

Novak Djokovic a été interrogé par les douaniers à son arrivée et a admis qu'il n'avait pas été vacciné contre le Covid-19. "Je ne suis pas vacciné", a-t-il répondu, avant de poursuivre : "J'ai été infecté deux fois par le Covid, j'ai eu le Covid en juin 2020 et je l'ai reçu récemment - j'ai été testé positif par PCR le 16 décembre 2021. J'ai les documents qui peuvent le prouver". Le Serbe partait donc du principe qu'il pouvait entrer légalement, mais visiblement les choses étaient bien plus compliquées que cela et il semble que nous soyons encore loin d'une solution dans cette affaire.